Actualités


Inondations du printemps 2016 : l’aide du C.G.O.S a été immédiate pour les sinistrés

inondations
Habitations inondées, routes coupées, quartiers entiers évacués… De fin mai à début juin 2016, la France a connu un fort épisode pluvieux entraînant de nombreuses crues et inondations dans plusieurs départements. Le C.G.O.S était là pour soutenir les agents !

Les intempéries exceptionnelles du printemps ont particulièrement touché les régions Centre, Île-de-France et Nord - Pas-de-Calais - Picardie, causant d’importants dégâts matériels chez des agents hospitaliers. Quelques agents ont également été touchés dans le Bas-Rhin et l’Yonne. Le 9 juin 2016, le Journal officiel publiait un arrêté interministériel de catastrophe naturelle pour 782 communes situées dans 16 départements, ouvrant ainsi droit pour les sinistrés à la garantie « catastrophe naturelle », qui engage une indemnisation rapide des assurances. Au même moment, afin d’être immédiatement au côté des agents, le C.G.O.S a mis en place une procédure simplifiée permettant de verser des aides exceptionnelles d’urgence dès le lendemain de la demande.

Ainsi, près de 160 foyers en situation difficile, sur le plan matériel ou financier, ont-ils été tout de suite aidés par le C.G.O.S, sans attendre les rapports d’expertise ou la prise en charge de l’assurance. Selon les régions et les besoins, 1 000 à 2 500 euros ont été versés par foyer, dans un premier temps, sous forme d’aide immédiate, représentant un budget global d’environ 180 000 euros. Par la suite, des aides complémentaires ont pu être versées après étude spécifique de chaque situation en commission.

Le C.G.O.S aux côtés des agents

Remplacements de chaudière, achats d’électroménager ou de meubles, tels ont été les dépenses couvertes par ces aides d’urgence. Certaines ont aussi permis à des agents, évacués en urgence, de payer leurs nuits d’hôtel, de racheter des vêtements pour la famille, ou même des fournitures scolaires pour les enfants. C’est dans ces moments difficiles que le C.G.O.S se doit d’être présent auprès des agents. Ce soutien n’a pu se mettre en place que grâce à l’action efficace des  correspondants C.G.O.S. Ils ont su, dans leur établissement, informer avec clarté les agents sinistrés et relayer rapidement leurs demandes auprès du C.G.O.S de leur région. Un élan de solidarité qui, nous l’espérons, aura réchauffé un peu le cœur des nombreux hospitaliers sinistrés.